Informations sur l`épidémie de coronavirus (COVID-19)




QUE FAIRE PENDANT LA SITUATION ÉPIDÉMIOLOGIQUE ACTUELLE ? COMMENT ÉVITER LA CONTAMINATION ?

  1. Assurons pour notre famille, au moins pour 90-120 jours, l`approvisionnement en eau minérale et en nourriture : des conserves, des denrées alimentaires congelées ou qui se conservent longtemps. Si c`est possible, faisons nos achats en ligne.
  2. Lavons-nous les mains souvent et soigneusement. Faisons attention de ne pas le faire uniquement lors des occasions habituelles comme en rentrant à la maison, avant le repas, après avoir utilisé les toilettes etc. Il peut s`avérer utile de prendre l`habitude de se laver les mains avant l`utilisation des toilettes, après avoir fréquenté des lieux publics, et d`instaurer une routine liée au temps qui s`écoule (par exemple toutes les demie-heures ou heures) et non pas à nos activités.

    Attention : on ne trouve pas toujours de robinets, ni dans le métro, ni dans le tram, ni dans les stations. Il est donc raisonnable d`emporter un liquide pulvérisable avec soi. Vaporisons régulièrement du liquide sur nos mains, frottons-les l`une contre l`autre, puis essuyons-les avec un mouchoir en papier. Il faut impérativement jeter le mouchoir après utilisation. Le lavage fréquent des mains peut dessécher la peau : n`oublions pas de la réhydrater régulièrement.
  3. Évitons de nous toucher les yeux, le nez et la bouche, si nos mains ne sont pas propres. Dans les lieux publics, portons des lunettes pour nous protéger des particules infiltrantes présentes dans l`air.
  4. Il faut respecter sans faute l`étiquette respiratoire : utilisons des mouchoirs pour éternuer ou tousser. Évitons la foule et les contacts phyiques : ce n`est plus le moment de se serrer la main ou de se faire la bise !
  5. Portons un masque dès l`apparition de l`épidémie ou même de préférence avant et, si nous avons la possibilité de nous en procurer, utilisons un masque à plusieurs épaisseurs et doté d`un filtre à air.
  6. Désinfectons souvent les surfaces fréquemment touchées ainsi que celles qui sont à proximité du visage. (Par exemple, dans les lieux de travail, le plateau des tables utilisées pour recevoir des clients ou la vitre en plexiglas des caisses). Achetons des produits désinfectants en quantité nécessaire et dans les meilleurs délais, car ils risquent plus tard de venir à manquer.
  7. Dès le début de l`épidémie ou même avant, évitons de fréquenter des événements publics pendant un certain temps et, dans la mesure du possible, les transports publics. Nous n`avons pas le moyen de savoir qui est porteur du virus puisque le porteur lui-même l`ignore.
  8. Évitons d`entrer en contact avec des personnes malades.
  9. Restons chez nous si nous détectons le moindre symptôme de la maladie : soyons responsables envers nos semblables !
  10. Si nous constatons un symptôme caractéristique comme de la fièvre, de la toux ou une gêne respiratoire, contactons immédiatement un médecin et suivons le protocole en vigueur dans la zone en question.
  11. Évitons de consommer des aliments crus et des abats ou de fréquenter des marchés où se trouvent des animaux vivants. Évitons le contact avec les déjections animales et portons une attention renforcée à notre chien et à ce qu`il apporte dans notre foyer ou dans notre environnement direct. Vérifions la propreté de nos chaussures en rentrant à la maison.
  12. Évitons de nous rendre dans les pays où la propagation du virus a atteint un niveau critique, et évitons le contact avec des personnes qui ont voyagé fréquemment à l`étranger.

A QUEL POINT L`ÉPIDÉMIE DE COVID-19 EST-ELLE DANGEREUSE ?

Au regard de ses caractéristiques principales, on peut affirmer qu`elle présente des risques potentiels sont significatifs. Sa longue période d`incubation pose problème. Le virus attaque les organes vitaux (avant tout, les poumons), ce qui peut rendre la maladie potentiellement mortelle. Une personne infectée peut rester asymptomatique pendant la très longue période d`incubation, qui peut durer plus de deux semaines, et donc ne pas se rendre compte de son infection. Certaines personnes infectées ne tombent pas du tout malade ou ne produisent que des symptômes très faibles ou peu identifiables. Dans les deux cas, elles sont susceptibles de contaminer autrui.

La rumeur selon laquelle son taux de létalité est similaire à celui de la grippe est dépourvue de fondement. Calculé à partir des données récensées jusqu`à présent, le taux de contamination de la COVID-19 dépasse largement 2, ce qui représente le double de celui de la grippe. Le taux de contamination est un indice très important qui montre combien de contaminations génère une personne infectée dans une communauté non-immunisée et où aucune mesure spécifique n`a été introduite. Le taux de létalité est 25 fois plus élevé que pour la grippe saisonnière : la COVID-19 tue 25 personnes sur 1000 alors que la grippe n`en tue qu`une seule.


FAUT-IL AVOIR PLUS PEUR DE LA GRIPPE QUE DU CORONAVIRUS ?

JD`un point de vue épidémiologique, le coronavirus représente un défi de taille pour les experts travaillant dans le secteur de la santé. Avec les mesures de précaution prises jusqu`ici, nous ne sommes parvenus qu`à ralentir la propagation du virus. La contamination a déjà touché plus de personnes que lors de certaines épidémies des décennies précédentes. Une intervention médicale sérieuse, parfois vitale, est nécessaire dans 20% des cas, ce qui veut dire que le taux de létalité de 3-6% est le résultat d`un travail énorme. Ce taux n`est tenable que tant que le système de santé du pays concerné dispose des capacités nécessaires pour accueillir les malades. Certes, dans la majorité des pays, les systèmes de santé sont relativement surchargés, même en "fonctionnement normal".

C`est la raison pour laquelle nous devons tout faire pour éviter de contribuer à la propagation de la pandémie : lavons-nous regulièrement les mains, portons un masque si nous sommes malades, évitons les endroits très fréquentés et, si possible, restons chez nous.


ON ENTEND DIRE QUE CE NE SONT QUE LES PERSONNES ÂGÉES ET AFFAIBLIES QUI SONT VRAIMENT EN DANGER. EST-CE QUE C`EST VRAIMENT LE CAS ?

Les individus qui courent le plus grand risque souffrent toujours d`un déficit immunitaire ou d`une maladie qui compliquent leur traitement. Mais ce ne sont là que des statistiques qui nous aident à faire des prévisions en fonction des cas. Personne n`est en sécurité. La seule chose qu`on peut affirmer c`est que le risque est moins élevé pour certains. Dans un système de coordonnées défini par la mortalité/les maladies graves et l`âge, les pandémies suivent majoritairement une courbe en U, mais cela ne reste qu`une moyenne, alors que les cas réels sont plus diffus. Nous pourrions mentionner quelques exemples historiques où c`est justement l`hyperactivation du système immunitaire qui a engendré la mort de plusieurs millions de personnes. Dans ces cas-là, la courbe épidémique était en W, et c`est la population dont le système immunitaire était considéré le plus fort qui a été la plus touchée. Il est dans l`intérêt de l`ensemble de la population d’agir de concert pour favoriser la prévention.


POURQUOI FAIRE DE LA PRÉVENTION ALORS QUE NOUS NE POUVONS PAS STOPPER LA PROPAGATION DE L’ÉPIDÉMIE ? CE NE SERAIT PAS MIEUX DE L`ATTRAPER ET D`EN ÊTRE VITE DÉBARRASSÉ ?

"Vouloir en être vite débarrassé" est le pire de tous les scénarios disponibles. En effet, il est primordial que nous gagnions du temps, et ceci pour deux raisons. D`une part, nous apprenons chaque jour à mieux connaître la maladie grâce aux recherches activement menées dans de nombreux laboratoires sur le virus, les traitements médicamenteux et le développement d’un vaccin. Plus le virus nous atteindra tardivement, plus nous aurons appris de choses sur la maladie : nous ne nous serons pas contentés de confier la guérison des patients à leurs défenses immunitaires et nous aurons appris à mieux les prendre en charge.

D`autre part, plus la contagion se propage lentement, moins le système de santé risque d`être surchargé. N’oublions pas ce que nous disent les chiffres jusqu`à présent : sur 1 000 000 de personnes infectées, 200 000 présenteront des symptômes fiévreux. Sur ces 200 000 cas, 40 à 50 000 personnes vont peut-être devoir être hospitalisées. Ces chiffres représentent un réel défi pour les services hospitaliers, et aujourd`hui nous ne recensons encore qu`un nombre relativement bas d`infections. Dans les unités de soins intensifs, le nombre de lits, d`appareils d`assistance respiratoire, et de professionnels de la santé est limité.

Le taux de létalité du coronavirus ne peut être maintenu au niveau actuel que si le nombre de personnes atteintes ne dépassent pas les capacités d`accueil du milieu hospitalier. La surcharge des services de santé engendrerait une dégradation de la prise en charge des autres malades traités habituellement avec succès. Le nombre de décès augmenterait de manière drastique. En effet, on risque d`assister rapidement à des décès liés à des infections, comme par exemple des appendicites, qui sont pourtant bien soignées en temps normal. Ce scénario catastrophe provoquerait une grave crise économique qui menacerait notamment l’approvisionnement alimentaire et la sécurité publique. C’est vrai, les restrictions relatives à l`épidémie ont des conséquences néfastes sur l’économie, mais les dégâts humains et matériels qu’elles provoquent ne sont pas comparables à l`effondrement économique et social qu’engendrerait la propagation incontrôlée du virus.

En revanche, si nous maîtrisons la vitesse de propagation du virus, le système de santé sera en mesure de prendre en charge les malades et le nombre de décès sera bien moins élevé. C’est vrai, le nombre de personnes atteintes sera le même, que l’évolution soit rapide ou non, mais si la contagion progresse lentement, des pertes humaines seront évitées dans chaque famille et dans toute la société. De plus, les pays qui ont mis en place rapidement des mesures sanitaires cohérentes ont prouvé que la propagation du coronavirus pouvait être maîtrisée. La maîtrise de la propagation du virus dépend autant des organismes publics que de la volonté de coopérer de la population ! Si nous respectons les règles de prévention, de nombreuses vies humaines seront épargnées.


QUE MONTRENT LES STATISTIQUES ? QUELLE EST LA PROPORTION DE MALADES GRAVEMENT ATTEINTS ?

Sur 100 personnes infectées, environ 20 sont susceptibles de tomber gravement malades. Nous parlons d`"état sérieux" quand le malade a de la fièvre et que son état de faiblesse est telle que l`assistance de ses proches est nécessaire. Selon les statistiques, sur ces 20 cas, 4 nécessitent une hospitalisation et des soins appropriés (perfusion, assistance ou réanimation respiratoire). Ce sont ces quatre personnes qui sont en grave danger. Leur vie dépend de la possibilité ou non d`avoir accès à des soins hospitaliers.


JE SUIS JEUNE ET EN BONNE SANTÉ. DE QUOI DEVRAIS-JE AVOIR PEUR ?

Comme les statistiques montrent que les jeunes sont moins vulnérables, certains d`entre eux estiment ne pas être en danger et ne respectent pas le moindre geste préventif un peu incommode car ils se croient à l`abri. Par exemple, ils ne renoncent pas aux sorties du samedi soir ni aux vacances à l`étranger.

Bien sûr, tout le monde aime partir en vacances, mais est-ce que cela en vaut la peine si nous mettons en danger des vies humaines ? N`oublions pas que nous pouvons être infectés et ne présenter aucun symptôme. Prendre un vol international peut entrainer la contamination des ressortissants de nombreux pays. N`emportons pas le virus avec nous aux quatre coins du monde ! Allons même plus loin : ne provoquons pas la mort de vies humaines dans d`autres pays ! Cela s`applique également à notre environnement immédiat. Se laver les mains, respecter la distanciation sociale, éternuer dans un mouchoir, etc. : tous ces gestes permettent de sauver des vies. Comme on le dit souvent : nos aïeux se sont battus au front, nous, nous n`avons qu`à rester assis bien au chaud pendant quelques semaines. C`est supportable, non ?

De plus, rien ne garantit que les jeunes ne courent aucun risque. Car il y a bien des morts parmi les jeunes aussi, et être placé sous assistance respiratoire n`est pas non plus vraiment agréable. Etre jeune n`est pas en soi une garantie. Cela veut seulement dire qu`il y a plus de chances que les symptômes soient moins graves.


COMMENT SE TRANSMET LE VIRUS ?

Il se transmet par voie aérienne via des gouttelettes et, très probablement, par contact physique et lorsque l`on touche des surfaces infectées. C`est-à-dire que le virus peut être contracté par tous types de contacts physiques, et pas seulement en toussant ou en éternuant. La transmission par gouttelettes signifie que la personne infectée expulse le virus en respirant et en parlant, pas seulement en toussant ou en éternuant.


QUELLE EST LA PÉRIODE D`INCUBATION DU VIRUS ?

La période d`incubation est d`environ 2 semaines. Elle peut atteindre 30 jours dans certains cas. Dans l`état actuel de nos connaissances, il apparaît que le virus est également contagieux pendant la période d`incubation.


PENDANT COMBIEN DE TEMPS RESTE-T-ON CONTAGIEUX APRÈS LA GUÉRISON ?

Après la disparition des symptômes, on considère que l’individu est porteur du virus pendant encore 2 semaines. Il est important de désinfecter soigneusement les objets de notre environnement ainsi que nos vêtements (lavage à haute température, utilisation de produits ménagers désinfectants), car ils sont également vecteurs du virus, et même peut-être plus longtemps que ne durent les symptômes de la maladie chez l’homme.


COMMENT PROTÉGER NOS AÎNÉS ?

Beaucoup d`entre nous ne s`inquiètent pas pour eux-mêmes, mais craignent avant tout de transmettre le virus à leurs proches âgés ou en mauvaise santé. Ces craintes sont fondées, mais si nous nous comportons de manière responsable, les risques seront minimisés. En respectant les mesures préventives (se laver les mains, respecter les distances sociales, etc.), nous protégons notre santé et celle des personnes qui vivent avec nous. La santé de nos parents et de nos grands-parents dépend de nous. Soyons prudents !

Maintenir une distance de 1 ou 2 mètres n`est pas suffisant pour écarter les risques de transmission. De plus, si nous sommes contaminés, nous contaminons toutes les surfaces que nous touchons. C`est pourquoi il est plus responsable de ne pas rendre visite aux personnes âgées de notre entourage pendant cette période, mais de rester en contact avec elles plutôt par téléphone ou via Internet. Aidons-les à se procurer les équipements nécessaires et à les utiliser !

Si nécessaire, expliquons minutieusement aux personnes âgées qui sortent dans la rue quelles sont les mesures d`hygiène préconisées, car elles ne les prennent pas toujours au sérieux. En même temps, rassurons-les ! Montrons-leur qu`elles comptent pour nous et que nous souhaitons les protéger. Ne leur "interdisons" pas de bouger ! Si nous habitons au sein du même foyer, faisons de l`exercice avec elles, ou bien, si les conditions le permettent, promenons-nous avec elles ! Allons à leur place dans les endroits les plus fréquentés (poste, magasin, pharmacie) et efforçons-nous nous-mêmes d`effectuer nos démarches et nos achats en ligne !


POURQUOI LE CORONAVIRUS EST-IL PLUS DANGEREUX POUR LES PERSONNES ȂGÉES ?

Les statistiques réalisées ces derniers mois montrent que la COVID-19 est significativement plus dangereuse pour les personnes âgées, notamment pour celles qui souffrent de problèmes cardiaques, pulmonaires, ou d`un déficit immunitaire. Cependant, l`âge n`est pas forcément le facteur le plus important : le virus s`avère plutôt dangereux pour les personnes souffrant d`une maladie chronique. Les maladies chroniques touchent plus souvent les personnes âgées, donc, statistiquement, c`est la catégorie de la population la plus fragilisée. Mais les jeunes qui souffrent de problèmes de santé sont potentiellement en danger.

Pourquoi ? Les maladies chroniques comme l`hypertension ou le diabète peuvent affecter certains organes et rendre les personnes concernées plus sensibles aux infections. De plus, le coronavirus attaque les poumons, ce qui est particulièrement dangereux pour les personnes souffrant de problèmes cardio-vasculaires. Si la quantité d`oxygène inspiré par les poumons n`est pas suffisante, le coeur commence à battre plus vite. Notre âge biologique joue aussi un rôle dans la plus ou moins bonne réaction de notre organisme. En vieillissant, notre organisme fonctionne moins bien, nos cellules se détériorent de plus en plus, et nos systèmes de défense immunitaire se dégradent. On peut observer, par exemple, une diminution du nombre de globules blancs, qui jouent un rôle déterminant dans la lutte contre les infections, ou encore une altération de leur fonctionnement.

Un autre facteur important est l`état physique de la personne, car chez la plupart des personnes âgées, les réserves énergétiques diminuent. L`évolution de la maladie provoquée par l`infection au coronavirus est extrêmement rapide. Un patient fiévreux, affaibli, mais dans un état visiblement stable peut voir son état se dégrader en quelques heures, provoquant des gênes respiratoires, puis un manque d`oxygène affectant les autres organes. Il est alors extrêmement important d`avoir suffisamment de force pour se rendre à l`hôpital. Est-il possible de prendre de bonnes décisions quand notre cerveau manque d`oxygène ? Et si oui, aurons-nous assez de force pour nous déplacer et accéder aux soins appropriés ? L`aggravation rapide des symptômes chez les personnes âgées risque d`entraîner une forte dégradation de leur état de santé et il n`est pas sûr qu`elles soient en mesure de bien gérer la situation.

Pour toutes ces raisons, il est extrêmement important que nous prenions bien soin des personnes âgées de notre entourage. Si nous sommes nous-mêmes âgés, prenons au sérieux toutes ces recommandations ! Ne prenons pas l’épidémie à la légère ! Écartons toute possibilité d`infection ! Ainsi nous serons en sécurité. Soyons prévoyants ! Préparons-nous à toutes les éventualités, par exemple à la dégradation de l`état de santé de l`un de nos proches.


LES ENFANTS PEUVENT-ILS ALLER À L`ÉCOLE MATERNELLE, À L`ÉCOLE ÉLÉMENTAIRE OU FAIRE DU SPORT ?

Pour faire simple : n`allons nulle part ! Il est impossible d`inculquer et de faire respecter toutes les règles de prévention aux enfants car ils n`ont pas suffisament conscience du danger. Nous ne pouvons pas les préparer à toutes formes de situations à risques. Nous ne sommes même pas en mesure d`imaginer toutes ces situations ni de prévoir si l`enfant, plus émotif par essence, sera capable de se maîtriser complètement. C`est pourquoi, il vaut mieux garder un oeil sur nos enfants en permanence. Ne les laissons pas aller en collectivité !

Selon les statistiques, le plus grand risque pour les enfants n`est pas qu`ils tombent gravement malades. Le danger, c`est qu`ils soient contaminés par d`autres enfants, et que, en l`absence de symptômes apparents, ils contaminent des membres de leur famille ou des proches. Ce n`est pas un hasard si la plupart des pays ont décidé de fermer les écoles maternelles et primaires puisque ces types d`établissements peuvent devenir des foyers d`infection. Mais attention ! Ce n`est pas parce que nos écoles sont fermées que nos enfants sont en vacances et que nous pouvons les emmener au zoo ou où que ce soit. Bien au contraire, l`objectif est que tout le monde reste chez soi. Si nous partons en vacances ou si nous organisons des programmes dans des lieux publics, nous favorisons la propagation du virus.

Éloignez les enfants des personnes âgées et malades au sein de votre famille ! Vous éviterez le risque de transmission par porteur asymptomatique.


COMMENT PARLER DE L`ÉPIDÉMIE AUX ENFANTS ?

Actuellement, les enfants sont confrontés à de nombreux changements, c`est pourquoi il est absolument nécessaire de leur expliquer quelles en sont les raisons. Les enfants ressentent la gravité de la situation. Pourquoi essayer de les convaincre du contraire ? Insistons plutôt sur le fait que nous sommes capables de gérer la situation. Mettons l`accent sur notre capacité à maîtriser la situation et sur le sentiment de sécurité. Nos enfants n`ont nullement besoin d`être inondés d`informations précises et de données chiffrées qui, au contraire, nourrissent en eux un sentiment d`insécurité : soyons brefs et concis. Nos enfants doivent avant tout se sentir en sécurité, sans avoir le sentiment que certains sujets sont tabous.

Il est tout à fait normal que l`adaptation de la famille à un nouveau rythme de vie ne se fasse pas du jour au lendemain. Réorganiser la vie familiale et adopter de nouvelles routines pour nos différentes activités demande du temps. Familiarisons-les avec l`utilisation des équipements de protection (masque et des lunettes). Les enfants doivent s`habituer à porter un masque (ajusté à leur taille) et à supporter la sensation de ne pas pouvoir respirer librement. C`est une question d`habitude ! Au début, le masque est assez effrayant et nécessite une phase d`adaptation.

Expliquons à nos enfants pourquoi ils ne verront pas leurs grands-parents pendant cette période. Proposons-leur des alternatives : discussions par téléphone ou sur Internet. Si notre environnement nous le permet, par exemple si nous habitons dans un pavillon, profitons de l`extérieur avec nos enfants tous les jours.

L`isolement ou la quarantaine peuvent même être vécus (en fonction des possibilités) comme des événements constructifs. Il peut enfin devenir possible pour les parents de partager du temps de qualité avec leurs enfants, ce dont ces derniers manquent généralement.


SI JE SUIS DANS LE MÊME ESPACE QU`UNE PERSONNE CONTAMINÉE, PAR EXEMPLE LORS D`UN VOYAGE, QUELS SONT LES RISQUES DE TRANSMISSION ?

Ce que nous savons aujourd`hui, c`est qu`une personne infectée transmet le virus à 4 ou 5 individus. Le lieu et le moment de la trasmission sont des données statistiques établies a posteriori. Avec le temps, nous connaissons de mieux en mieux la nature du virus. Malheureusement, les chiffres sont de plus en plus mauvais et l’épidémie s`avère de plus en plus grave.

Plutôt que de tenter le diable, tenons-nous aux règles suivantes : interdisons-nous les sorties dans des lieux fréquentés et imposons-nous un isolement volontaire !


QUELLE CONDUITE ADOPTER SI NOUS HABITONS DANS UN IMMEUBLE ? COMMENT NE PAS ÊTRE CONTAMINÉ ET COMMENT NE PAS CONTAMINER LES AUTRES ?

Si un habitant s`avère être contaminé, ou s`il a été en contact avec une personne contaminée, les espaces communs d`un immeuble constituent des lieux à risque. Le virus peut être présent sur les rampes d`escaliers, sur les murs, sur les sols et dans l`air. Mais si nous sommes solidaires et que nous respectons les recommandations, nous pourrons diminuer les risques potentiels.

Nous vous recommandons de n`utiliser l`ascenseur que si vous êtes dans l`incapacité physique de gravir des marches. L`ascenseur est un endroit étroit et difficile à aérer. Les gouttelettes circulent longtemps dans l`air et contaminent les boutons d`appel et les parois.

La cage d`escalier doit être nettoyée, désinfectée et aérée régulièrement (le port de gants pendant l`ouverture et la fermeture des fenêtres est fortement recommandé). Portez un masque ou un foulard dans la cage d`escalier, même si vous vous sentez en bonne santé. (Si vous êtes malades, n`allez pas dans les parties communes.) Touchez le moins d`objets possibles ! Utilisez un mouchoir en papier pour manipuler les poignées de porte ou les interrupteurs. Jetez le mouchoir immédiatement dans une poubelle fermée.

Commencez à prendre ces habitudes des maintenant ! Jusqu`à l`intensification de l`épidémie, ces habitudes seront devenues des automatismes.


JE RESPECTE LES CONSIGNES SANITAIRES. QUE FAIRE SI LES AUTRES NE LES RESPECTENT PAS ?

Malheureusement, en dépit de la situation, certains de nos concitoyens ne respectent pas (non plus) les consignes sanitaires. Il est nécessaire d`en tenir compte. Nous déplorons cette situation, car si chacun d`entre nous respectait une quarantaine volontaire de 2 mois, cela mettrait certainement un terme à cette épidémie. D`où l`importance de rester discipliné. Malheureusement, tant que des mesures drastiques ne seront pas introduites, une partie de la population continuera à ne pas respecter les consignes préventives et favorisera la propagation du virus.

Changeons notre façon de voir les choses ! Considérons qu`une partie du monde est en quarantaine, sur laquelle nous n’avons aucune prise, et que cette dernière ne s`applique ni à nous ni à notre foyer. Des personnes contaminées ou pontentiellement contaminées s`y trouvent, donc n`y allons pas ! Quitter sa sphère privée, c`est comme entrer dans la cage aux lions. Tant que nous les avons sous les yeux, en cage, le danger est moindre que si nous devions vivre parmi eux avec les yeux bandés.

C`est pourquoi, si nous sommes malgré tout contraints de nous rendre dans des lieux publics, il est impératif de prendre de sérieuses précautions. Bien que certains se comportent de manière irresponsable, nous, nous pouvons nous protéger et protéger nos proches – et il est même indispensable de redoubler de prudence.

Ne ratons aucune occasion d`informer les autres : si vous voyez que quelqu`un ne comprend pas pourquoi la prévention est nécessaire ou quels sont les comportements appropriés, prenez le temps de le lui expliquer. Faisons preuve de détermination et de persévérance pour convaincre nos proches (notre famille, nos amis, nos collègues) de respecter les règles sanitaires. La vie de chacun d`entre nous en dépend.


QUE POUVONS-NOUS FAIRE POUR RENFORCER NOTRE SYSTÊME IMMUNITAIRE ?

Lorsqu`il fonctionne bien, le système immunitaire humain est capable de miracles, surtout si l’agent pathogène ne lui est pas totalement inconnu. En revanche, il suffit de manquer régulièrement de sommeil, de ne pas se nourrir correctement, ou d`être exposé à un stress durable pour diminuer son efficacité. C`est pourquoi, en période d`épidémie, il est important de vivre avec une « conscience immunitaire » pour stimuler notre organisme. Évitons tout ce qui affaiblit l`organisme.

L`heure n`est pas aux marches d`endurance, aux long jeûnes, ou aux régimes amaigrissants draconiens. Ce n`est pas le moment de déménager ou d`introduire des changements stressants dans notre vie. Faisons des nuits de 7 heures au moins, et ne nous affolons pour 1 ou 2 kilos en plus. Cette réserve supplémentaire peut s`avérer utile en cas de longue maladie. En résumé, ne nous épuisons pas ! Recherchons plutôt l`harmonie, le repos et les possibilités de régénérescence. L`hiver est une période de repli sur soi et de vie au ralenti pour tous les êtres vivants. Cela ne nous fait pas de mal de nous reposer un peu nous aussi !


LES MASQUES CHIRURGICAUX SONT-ILS EFFICACES ?

Le rôle principal du masque chirurgical est de protéger de la transmission: si quelqu`un est infecté, il y a beaucoup moins de chance qu`il transmette le virus aux autres s`il porte un masque. L`épidémie liée au nouveau SARS-CoV-2 est caractérisée par le grand nombre de personnes infectées asymptomatiques. Il est donc indispensable que tout le monde porte un masque en présence d`autrui. En effet, rien ne nous garantit que nous ne soyons pas porteur du virus, même si nous ne présentons aucun symptôme. Toute personne présentant des symptômes au niveau des voies respiratoires supérieures (rhume) doit utiliser un masque facial lorsqu`elle se rend en collectivité. Dans ce cas-précis, le masque chirurgical est parfaitement approprié.

Que l`on parle de cette épidémie ou d`une autre épidémie (par exemple de grippe saisonnière), on peut affirmer que si tout le monde portait un masque chirurgical et respectait des règles d`hygiène appropriées (par exemple, le lavage des mains), l`épidémie ralentirait de manière significative et davantage de personnes resteraient en bonne santé.

Dans une certaine mesure, les masques chirurgicaux protègent ceux qui les portent de la contamination. La transmission du coronavirus se fait via des gouttelettes de taille relativement grande, projetées quand nous toussons, éternuons, ou, tout simplement, rions. C`est de cette façon que le virus « voyage ». Cette transmission est d`ailleurs très « efficace » : les gouttelettes sont projetées à une vitesse de 50 m/s et peuvent parcourir jusqu`à 6 m de distance ! C`est pourquoi il est vain de conserver une distance sociale de 1 ou 2 mètres. Il est prouvé que le masque chirurgical nous protège du plus gros risque d`infection, en empêchant les grosses goutelettes de s`introduire dans les voies respiratoires.

Le masque chirurgical peut s`avérer très utile si nous nous occupons d`un malade, qui peut être, par exemple, un membre de notre famille. Si nous voulons éviter que toute notre famille soit contaminée, il est important que le malade porte également un masque. Ce type de masque est confortable et ne gêne pas la respiration.

La vidéo qui suit vous montre comment utiliser ce masque correctement. Informations-clés : se laver les mains avant de mettre le masque, ne pas le toucher une fois en place, se laver les mains avant de le retirer et après l`avoir retiré. C`est l`extérieur du masque qui est potentiellement contaminé au moment où nous le mettons en place et tant qu`il est sur nous. Évitons de toucher cette partie !
https://www.youtube.com/watch?v=OABvzu9e-hw

Le masque chirurgical jetable n`est véritablement utilisable qu`une seule fois et ne protège que tant qu`il ne devient pas sensiblement trop humide. Dans le cas contraire, il est impératif de le jeter et d`en mettre un autre.

N`oublions pas que: quelque soit le modèle de masque que nous portons, il ne sera réellement efficace que si nous nous lavons régulièrement les mains, que nous ne touchons pas notre visage, et que nous respectons la distanciation sociale.


QUEL TYPE DE MASQUE PEUT NOUS EMPÊCHER D`ÊTRE CONTAMINÉS ?

Les masques essentiellement destinés à la protection des employés sur les lieux de travail couvrent le nez et la bouche et isolent également le visage en empêchant l`air d`entrer sur les côtés. Le sigle anglais FFP (Filtering Face Piece) désigne un masque jetable avec filtre à particules. Trois niveaux de protection sont indiqués par le chiffre situé après le sigle FFP :

  • • FFP1 : protection contre les particules fines et les particules liquides irritantes mais non toxiques produites par les travaux de poncage, de percage et de découpage, ou présentes dans les émanations des produits aqueux ou huileux. Ce masque filtre les particules de taille supérieure à 5 microns.
  • • FFP2 : protection contre les particules fines et les particules liquides moyennement nocives produites par les travaux de l`industrie du bois, mais aussi de platrage et de cimentation, ainsi que des particules présentes dans les émanations des produits aqueux ou huileux. Ce masque filtre les particules de taille supérieure à 1 micron.
  • • FFP3 : protection contre les particules solides et liquides toxiques (par exemple dans l`industrie pharmaceutique ou chimique). Ce masque filtre également les particules de taille inférieure à 1 micron.

Le diamètre du nouveau coronavirus 2019 mesure entre 50 et 200 nanomètres. Les masques ne visent pas à filtrer le virus lui-même, mais les gouttelettes plus larges qui transportent le virus, particulièment par voie aérienne.

Selon les critères de perméabilité, les masques FFP2 protègent correctement du coronavirus (de 92 à 94%). Les masques FFP3 garantissent une efficacité proche des 100%.


COMMENT PORTER CORRECTEMENT LE MASQUE FFP ?

La majorité des masques commercialisés sont à usage unique. Cette caractéristique, qui est souvent indiqué par leur couleur blanche, signifie que ces masques apportent une protection maximale aux utilisateurs s`ils les portent en continu. Une fois en place, ne touchons plus le masque avec les mains, et ceci jusqu`au moment de le retirer définitivement. Donc, si nous souhaitons nous protéger avec un masque, contre un éventuelle contamination pendant un vol de quelques heures ou à l`aéroport, par exemple, il est conseillé de ne pas le retirer pendant le vol et de ne pas toucher notre visage sous le masque.

Déballons le masque juste avant de l`utiliser et mettons-le tout de suite. Il est important qu`il soit parfaitement ajusté au visage sans laisser d`espace entre la peau et le masque. (Un ajustement adéquat ne peut être obtenu qu`avec les masques non jetables, tels que le masque FFP, mais pas avec le masque chirurgical vert.) La barbe et les poils du visage empêchent de bien ajuster le masque, il est donc conseillé de se raser pendant les periodes où le port du masque est nécessaire.

Si nous ne pouvons pas éviter d`enlever le masque (par exemple pour manger), et que nous n`en avons pas d`autre, essayons de le poser à un endroit bien aéré et où il n`y a personne. Lavons-nous bien les mains avant de le faire. Ne touchons pas l`intérieur du masque, et, emballons-le dans un film stérile après l`avoir retiré. Mais n`oublions pas : les masques FFP ne sont pas conçus pour un usage multiple ! Dès que nous l`enlevons, son potentiel de protection baisse car, pendant ce temps, des virus peuvent s`installer à l`intérieur ou sur notre visage.

Un masque peut être porté en continu pendant plusieurs heures. Il faut le jeter après usage. Au fil des heures, à force de respirer et de parler, le masque s`humidifie. Un masque humide ne protège plus contre les virus, au contraire : il renforce les risques de contamination. Un masque humide doit être remplacé immédiatement !

Comme la coronavirus peut se transmettre par les yeux, évitons de les toucher avant de nous être nettoyé les mains, même si nous portons un masque.

Préparons-nous à ce que la quantité d`air que les masques (surtout les FFP3) laissent passer est moindre que celle que nous respirons d`habitude. Naturellement, elle reste cepepdant bien suffisante ! Restons calmes et respirons régulièrement, nous allons nous y habituer rapidement. Le port du masque peut nous gêner pendant les activités physiques car celles-ci nécessite davantage d`oxygène. Si nous avons le vertige, ralentissons notre activité et cherchons un endroit plus aéré.


LE MASQUE ASSURE-T-IL UNE PROTECTION A 100% ?

Même un masque qui protège à 100% contre les virus ne garantit pas une protection totale. La contagion peut se transmettre par les yeux et le virus peut survivre pendant quelque temps sur les vêtements et les objets. Seuls des lunettes et des vêtement de protection complétés par une capuche offrent une protection intégrale. Ce genre de protection renforcée n`est justifié que pour certains professionnels, qui courent un risque accru, ou en raison de soins domestiques qui nécessitent un contact direct avec un membre de la famille contaminé. En revanche, le port du masque est aisé dans la vie de tous les jours si la situation l`exige.

Attention : outre le port du masque, il est très important de respecter les règles d`hygiène. Lavons-nous les mains régulièrement, couvrons-nous la bouche et le nez avec un mouchoir en papier lorsque nous toussons ou éternuons, évitons de faire la bise, et respectons la distanciation sociale, désinfectons les surfaces, etc.


QUE SIGNIFIE LA DATE IMPRIMÉE SUR MON MASQUE ?

La date de fabrication du masque. C`est la date à laquelle il a été fabriqué.


EST-IL VRAI QUE SI UNE PERSONNE A LE NEZ QUI COULE ET CRACHE DES MUCOSITÉS, ELLE N`EST PAS INFECTÉE PAR LE CORONAVIRUS, CAR CE DERNIER PRODUIT UNE TOUX SÈCHE ?

Non. Cette idée reçue n`est pas uniquement dangereuse parce qu`elle est aussi fausse, mais aussi parce qu`elle encourage à l`auto-diagnostic. Pourtant, la cause des symptômes respiratoires ne peut être identifiée "à vue", mais uniquement à l`aide d`un test de laboratoire. Si nous vivons dans une région touchée par la pandémie ou si nous y sommes allés et que nous présentons des symptômes, consultons sans hésitation un médecin.


POUR QUEL SYMPTÔMES DEVONS-NOUS CONSULTER UN MÉDECIN ?

Les symptômes cliniques les plus fréquents de la contamination du coronavirus sont : la fièvre, une toux sèche, des douleurs thoraciques ou musculaires, des difficultés respiratoires, de la dyspnée, une fatigue anormale.

Dans un premier temps, les symptômes peuvent être bénins. De plus, la majorité des personnes présentant des symptômes d’affection des voies respiratoires supérieures ne sont affectées que par une forme bénigne de la maladie pendant toute la durée de l`infection. Pourtant, une très grande proportion de personnes contaminées développe malheureusement une pneumonie (soit environ 15 à 20%), et chez 5 à 10% d`entre elles des symptômes critiques sont détectés au bout d`un certain temps (pneumonie grave avec syndrome de détresse respiratoire aiguë), qui nécessite des interventions vitales.

C`est la raison pour laquelle il est très important de consulter un médecin - par téléphone, si on observe les symptômes décrits (même bénins !), et s`il y a un risque que l`on soit contaminé par le coronavirus (par exemple à cause d`un déplacement dans une région touchée par l`épidémie ou parce que l`on a été en contact avec une personne qui en revient) ! Ne transmettons pas la maladie aux autres !

Dans un premier temps, téléphonons à notre médecin traitant. En Hongrie, toutes les informations sur la maladie et sur les actions à suivre en cas de suspicion de contamination sont disponibles aux deux numéros verts suivants : 06-80-277-455 ou 06-80-277-456.


QUE FAIRE EN CAS DE SUSPICION DE CONTAMINATION CHEZ VOUS OU CHEZ UNE PERSONNE DE VOTRE ENTROURAGE ?

Restez chez vous si vous détectez soit chez vous, soit chez une personne de votre entourage, le moindre symptôme pouvant être en relation avec la contamination (symptômes respiratoires, fièvre, myalgies). Dans ce cas-là, il est défendu de se rendre dans un cabinet médical ou à l`hôpital. Appelez votre médecin traitant ou, dans les cas graves, l`ambulance. Il faut absolument leur faire part de notre suspicion de contamination au coronavirus, et expliciter les raisons de cette suspicion (un déplacement dans une région touchée par l`épidémie, ou la rencontre avec une personne qui s`y est rendue).


QUAND DISPOSERA-T-ON D`UN VACCIN CONTRE LE CORONAVIRUS ?

La mise au point d`un vaccin peut demander entre 1 an et 1,5 ans ou même plus, et la fabrication de centaines de millions de doses prendra du temps. Il en est de même pour la vente et l`activation de la réponse immunitaire. Cela veut dire que le vaccin est loin d`être la solution pour le moment. Il faut plutôt miser sur la fabrication des tests rapides et sur l`enrayement de la propagation du virus. Par ailleurs, ce virus mute (aujourd`hui, plusieurs mutations provoquant des symptômes plus graves sont connues), ce qui veut dire qu`aucun des vaccins mis au point ne sera entièrement efficace. C`est la raison pour laquelle il est très important que tout le monde se concentre sur la prévention afin de freiner la progression de l`épidémie, tout en encourageant son entourage à faire de même.


AVEC L`ARRIVÉE DU BEAU TEMPS, L`ÉPIDÉMIE DE CORONAVIRUS VA-T-ELLE RECULER ?

Les spécialistes les plus optimistes espèrent que le coronavirus, sur le modèle de la grippe « moyenne » ne provoque qu`une épidémie saisonnière. Si nous observons la carte de la pandémie, nous pouvons constater que les régions tropicales ne sont pas vraiment touchées. Cependant, comme il s`agit d`un agent pathogène nouveau, nous ne connaissons pas encore son comportement en présence de températures élevées et nous ne pouvons donc pas tirer des conclusions définitives. Il est possible que le coronavirus soit moins infectieux et qu`il perde de sa virulence avec le réchauffement des températures, mais cela reste une hypothèse.


SI LA PROPAGATION DU VIRUS CONTINUE, EST-CE QU’ON CONNAÎTRA UNE ÉPIDÉMIE DE COVID-19 CHAQUE ANNÉE ?

La prochaine pandémie peut commencer de plusieurs façons, par exemple par une nouvelle chaîne de transmission à partir du vecteur d`origine, ou avec l`apparition de mutations. A long terme, la vraie solution sera une vaccination appropriée contre le virus à partir des connaissances qu`on aura accumulées, et la mise en œuvre de protocoles rigoureux de prévention, de mieux en mieux développés et ayant fait leurs preuves.


QUEL EST LE DEGRÉ DE STABILITÉ DU VIRUS ? A QUEL POINT VA-T-IL MUTER ? QUELLE EST LA PROBABILITÉ DE DEVOIR FAIRE FACE A UNE MUTATION SIGNIFICATIVEMENT PLUS DANGEREUSE QUE LE VIRUS ACTUEL ?

Le nouveau coronavirus ne semble pas avoir d`équivalent, jusqu`ici. Étant donné que son génome est un ssRNA non segmenté à sens positif, il a tendance à muter. Nous connaissons déjà actuellement des mutations qui provoquent des symptômes plus graves. Heureusement, c`est aussi un virus moins agressif qui peut résulter de la mutation, et au bout d`un certain temps, si nous appliquons les protocoles adéquats, certaines mutations peuvent disparaitre complètement.


IL EXISTE PLUSIEURS HYPOTHÈSES POUR EXPLIQUER COMMENT CE VIRUS S`EST VÉRITABLEMENT PROPAGÉ. QUEL EST LE SCÉNARIO LE PLUS PROBABLE ?

Il est de plus en plus probable que l`homme rencontre/entre en contact avec d`autres organismes vivants qu`il ne connaissait pas encore il y a quelques décennies et, surtout, qu`il ne faisait pas voyager à des dizaines de milliers de kilomètres de leur lieu d`origine. Les virus (entre autres) se transmettent/sont véhiculés dans des contextes déterminés par des mécanismes naturels. Or, l`homme fait intrusion dans ces univers clos. Parfois c`est intentionnel, c`est un choix délibéré alors que d`autres fois, c`est par négligence.

D`après les informations disponibles, on peut penser que le virus devait être présent chez des pangolins ou une espèce de serpent, et que les chauves-souris ont ensuite servi de vecteur de transmission de ce dernier à l`homme. Les recherches continuent et apporteront ultérieurement des réponses de plus en plus précises à cette question. La tâche est rendue plus complexe par le fait que le COVID-19 est un virus de type ssRNA, particulièrement propice aux mutations. Il n`est donc pas impossible qu`il soit le fruit d`une série de mutations.


POUVONS-NOUS PRÉVOIR DES VACANCES EN ITALIE OU DANS D`AUTRES PAYS TOUCHÉS PAR LA PANDÉMIE ?

Ne prévoyez aucun voyage durant les prochains 4 ou 6 mois, sauf s`il s`agit d`un déplacement inévitable et d`importance vitale. Restez chez vous.


LES PRODUITS PROVENANT DU FOYER ÉPIDÉMIQUE PEUVENT-ILS NOUS CONTAMINER ?

L`expérience démontre que le coronavirus est capable de survivre pendant assez longtemps.


POURQUOI EST-IL IMPORTANT DE RETROUVER LE « PATIENT 0 » DANS UNE RÉGION DONNÉE ?

Le patient 0 est soit la première personne à attraper une maladie, soit la première personne contaminée à faire entrer le virus sur un territoire. Son traçage est d`autant plus important qu`il permet aux autorités sanitaires de mettre en évidence le point de départ de l`infection afin de retracer la chaîne de transmission des infections, c`est-à-dire les contacts et les échanges qui ont eu lieu entre le patient 0 et les autres personnes contaminées. L`état original des mutations peut également être retracé grâce à l`examen du patient 0.


BEAUCOUP ONT COMMENCÉ À FAIRE DES RÉSERVES DE NOURRITURE CHEZ EUX. D`AUTRES, EN REVANCHE, TROUVENT QUE CE COMPORTEMENT EST NUISIBLE CAR IL PROVOQUE DES RUPTURES DE STOCK DANS LES MAGASINS. QUELLE ATTITUDE ADOPTER ?

Pour nos aïeux, il était clair qu`il fallait constituer chez soi des réserves d`eau et de nourriture pour pouvoir tenir plusieurs semaines en autonomie. Les guerres et les périodes de disette leur ont appris à être vigilants et prévoyants. Aujourd`hui, les gens ne craignent pas la pénurie. On trouve toujours un magasin ouvert 24 h sur 24. Cependant, cette abondance est très relative. Il n`y a pas besoin d`une grosse catastrophe pour que tout bascule : une épidémie massive suffit pour conduire à la fermeture des magasins. Le commun des mortels, pour sa part, se contente de stocker chez lui pour une semaine de conserves et de farine, au maximum.

Nous conseillons donc à tous de constituer des réserves de nourriture et d`eau en quantité suffisante pour une durée prolongée. Qui plus est, cela permet de faire des économies : on dépense moins et on passe moins de temps à faire des courses en achetant de plus grosses quantités à la fois. De fait, des problèmes peuvent surgir à tout moment (comme des chutes de neige importantes) et nous empêcher de nous procurer des produits alimentaires ou des produits de première nécessité comme les médicaments. Chacun doit apprendre à se prendre en charge et à respecter les règles fondamentales de la prévoyance, et ce n`est pas seulement vrai à cause du coronavirus.

En cas de pandémie, il est important d`avoir des réserves suffisantes pour plusieurs semaines pour éviter d`aller souvent dans les magasins qui grouillent de monde et constituent ainsi des foyers d`infection. Bref, il vaut mieux éliminer toute possibilité d`attraper le virus. Le seul moyen de réduire le risque de l`attraper, c`est de choisir un moment propice pour vous rendre au magasin. En effet, il vaut mieux y aller lorsqu`il y a peu de monde. Lorsque vous avez des réserves chez vous, vous avez plus de marge de manoeuvre pour choisir le moment où vous allez faire vos courses.


LE VIRUS PEUT-IL ÊTRE TRANSMIS LORS DE L`ALLAITEMENT ?

À l`heure actuelle, on ne dispose pas d`assez d`informations chiffrées concernant les femmes enceintes, les nouveau-nés et les femmes allaitantes atteints par le coronavirus. Il y a déjà eu des nouveau-nés qui sont venus au monde après avoir été infectés in utero, et il n`y a pas de doute que l`allaitement est un contact physique assez proche pour favoriser la transmission du virus. Ceci dit, les données statistiques globales sont encore insuffisantes pour déclarer quoi que ce soit au sujet des nourissons et des femmes allaitantes. La seule solution est de se protéger : il faut éviter d`être infecté par tous les moyens possibles et faire en sorte de protéger les tout petits et les jeunes mamans contre les risques de contamination.


EST-CE QUE LE VIRUS EST DANGEREUX POUR LE FOETUS ?

Nous ne disposons pas de suffisamment d`informations confirmant que le coronavirus est nuisible pour le foetus. Si vous êtes enceinte ou si une femme est enceinte dans votre famille, vous devez respecter les consignes de sécurité qui s`appliquent à tout le monde. Lavez-vous souvent les mains, utilisez une solution hydro-alcoolique, évitez les espaces publics, et confinez-vous de votre propre gré.


PEUT-ON VÉHICULER LE VIRUS ET LE TRANSMETTRE CHEZ SOI PAR LE BIAIS DE NOS VÊTEMENTS OU NOS OBJETS USUELS ?

Oui. Un virus peut contaminer un objet pendant une longue durée : dans des cas extrêmes, il peut provoquer une infection pendant plusieurs semaines.

Avant d`entrer quelque part, enlevez vos chaussures devant la porte d`entrée parce que la semelle de vos chaussures peut être un vecteur de transmission de l`infection. En arrivant chez vous, changez-vous immédiatement en rangeant dans un endroit séparé tous les vêtements que vous avez portés à l`extérieur. Les vêtements que vous portez à l`extérieur doivent être lavés à 60 degrés, puis repassés. Avant le lavage, placez votre linge sale dans un endroit séparé (p. ex., dans des sacs plastiques).

En rentrant chez vous, désinfectez les objets (p. ex., les clés, le téléphone portable, etc.) que vous avez utilisé à l`extérieur. Mettez en quarantaine les produits achetés ou utilisés à l`extérieur (p. ex. des provisions, des sacs et des paniers) pendant 3 jours avant de commencer à les utiliser. Le mieux est de les laisser dehors pendant trois jours. Si ce n`est pas possible, mettez-les dans un sac plastique et gardez-les dans ce sac pendant trois jours sans y toucher.


FAUT-IL DÉSINFECTER LES PRODUITS QU`ON VIENT D`ACHETER OU CEUX QUI SONT LIVRÉS À DOMICILE ?

Il vaut mieux considérer tous les objets apportés de l`extérieur comme des objets potentiellement infectés. Portez des gants lorsque vous touchez les produits présentés sur les étalages des magasins ou lorsque vous réceptionnez les marchandises qui vous sont livrées. Les produits qui arrivent doivent rester à l`extérieur de votre logement tant que vous n`en avez pas enlevé l`emballage. Retirez les emballages avant d`apporter les produits à l`intérieur de votre logement. Si vous en avez la possibilité, isolez tous les produits qui viennent d`arriver ou que vous venez d`apporter, en les mettant, par exemple, dans une cave. Ne les rentrez et ne commencez à les utiliser que lorsque vous avez déjà épuisé les stocks conservés à l`intérieur de votre logement. Par exemple, si vous avez acheté plusieurs paquets de farine conditionnés ensemble, retirez tout de suite l`emballage plastique sans toutefois toucher à l`emballage papier des paquets individuels. Puis, conservez-les en quarantaine tant que vos stocks précédents ne sont pas épuisés.


LORSQUE JE COMMANDE DES PLATS EN LIGNE, EST-CE QUE JE RISQUE D`ÊTRE INFECTÉ ?

Les entreprises qui préparent et livrent des plats cuisinés mettent tout en oeuvre pour minimiser les risques de contagion, mais aucun protocole d`hygiène pour les cuisines ne peut garantir un risque 0, aussi strict soit-il. C`est pourquoi, dans la mesure du possible, il vaut donc mieux faire la cuisine plutôt que de commander des plats.

Si un plat commandé peut être réchauffé, alors il est vivement conseillé de le faire avant de le consommer afin de détruire le virus. Le coronavirus s`est adapté à vivre dans un environnement à env. 36 degrés, en l`occurence la température du corps humain. Si les caractéristiques du milieu où il se trouve changent radicalement (par exemple, grande sécheresse, rayonnement UV, micro-ondes ou température élevée), il ne survit pas. La congélation ne doit pas être considérée comme un moyen de désinfection. En effet, la plupart des germes deviennent inactifs, mais ils retrouvent leur virulence dès que la température remonte.


ON ENTEND SOUVENT DIRE QUE CERTAINS PRODUITS PHARMACEUTIQUES POURRAIENT ÊTRE EFFICACEMENT UTILISÉS POUR COMBATTRE LES INFECTIONS VIRALES. EST-IL CONSEILLÉ DE FAIRE UN STOCK D`UN MÉDICAMENT EN PARTICULIER ?

Non. Pour le moment, on ne connaît aucun médicament déjà en vente dont l`efficacité serait cliniquement prouvée. Le cas échéant, ce sera officiellement annoncé dès qu`il y en aura, et des mesures seront prises pour que ces médicaments soient accessibles au plus grand nombre.

Pour l`instant, on ne peut qu`atténuer les symptômes avec des fébrifuges, des vitamines et une bonne hydratation. On peut lire des publicités et de fausses informations prétendant que certains produits sont efficaces. N`en croyez pas un mot ! Certains de ces canulars ne sont motivés par aucune mauvaise intention, bien qu`ils n`aient pas grand chose à voir avec la réalité. D`autres sont cependant publiés sciemment pour se faire de l`argent sur votre dos en vous arnaquant. N`oubliez pas : comme il n`y a pas encore de remède au virus, la prévention reste une priorité absolue !


Y A-T-IL DES MÉDICAMENTS DONT IL VAUT LA PEINE DE FAIRE DES RÉSERVES ?

Oui. Non pas pour traiter le coronavirus, mais pour vous permettre de vous maintenir en bonne santé, de manière générale. Remplissez votre armoire à pharmacie ! Vous devez absolument avoir des stocks de tous les médicaments que vous avez l`habitude de prendre de manière régulière pour plusieurs mois : des médicaments pour les maladies chroniques, des médicaments contre les maux de tête, contre la fièvre, contre les spasmes et contre des allergies, ainsi que des vitamines et du charbon actif... Tous les médicaments que vous prenez régulièrement ou dont vous pourriez avoir besoin en automédication en cas de maladies courantes ou en cas de malaise. Vérifiez que vous avez tout ce qu`il faut pour les premiers soins : tous les produits de premiers secours pour soigner des blessures (pansements, bande de gaze de petite taille, rouleau de sparadrap, bande adhésive), du désinfectant, des sutures stériles, etc. Les services de santé seront surchargés durant les mois à venir. Vous devez donc vous préparer à vous soigner seuls pour les petits accidents ou les maladies courantes. Si vous ne savez pas comment faire pour soigner une blessure ou arrêter un saignement, formez-vous dès que possible en consultant des sites web. Choisissez une source sûre !


J`AI UN PETIT PROBLÈME DE SANTÉ NE NÉCESSITANT PAS UNE PRISE EN CHARGE URGENTE FAUT-IL QUE JE CONSULTE LE MÉDECIN OU VAUT-IL MIEUX QUE J`ATTENDE ?

Les centres médicaux sont des sources d`infection potentielles malgré toutes les mesures prises pour bien les désinfecter puisque ce sont des lieux fréquentés par un grand nombre de gens à l`état de santé très variable. Nous vous conseillons de différer votre visite chez le médecin si votre problème peut attendre un petit peu. Attendez la fin de la pandémie pour consulter.

Comme les services de santé deviennent de plus en plus surchargés à mesure que l`épidémie progresse, vous devez vous attendre à avoir un accès de plus en plus difficile aux soins, et ce, pendant des semaines, voire des mois. Il se peut, par exemple, que l`ambulance mette plus de temps à arriver. Restez donc particulièrement vigilant et prenez soin de vous et de votre santé. Évitez les situations à risque. Ne pratiquez pas d`activités sportives où le risque de chute est important. Ne montez pas en haut d`une échelle. Choisissez un autre moment pour goûter à des spécialités exotiques ou pour essayer des substances auxquelles notre organisme est susceptible de mal réagir. Dormez suffisamment tous les jours pour être en forme et consommez des aliments de bonne qualité.


LES ANIMAUX PEUVENT-ILS ATTRAPER LE VIRUS ?

Nous ne disposons pas de suffisamment d`informations nous permettant de savoir quels sont les animaux qui peuvent attraper et transmettre le virus. À la mi-mars 2020, l`Organisation Mondiale de la Santé a déclaré que les chiens ne pouvaient pas attraper le coronavirus et a décrété le déconfinement des animaux mis en qurantaine. Cela ne veut pas dire que les animaux ne peuvent pas transmettre le coronavirus puisqu`il est sûr que celui-ci peut se loger à la surface de leur corps. Si quelqu`un vient vers votre chien dans la rue pour le caresser, il peut transmettre le virus en touchant les poils de l`animal (s`il est porteur du virus).

Pendant cette période, ne laissez pas des inconnus caresser votre chien. Vous devez faire très attention à l`hygiène si vous avez un chien ou un chat qui sort de l`appartement : lavez-vous les mains à chaque fois après avoir caressé votre animal. Après la promenade, il vaut mieux leur désinfecter les pattes à l`aide de lingettes désinfectantes.


LES BILLETS DE BANQUE PEUVENT-ILS TRANSMETTRE LE VIRUS ?

Oui, ils le peuvent. On sait que le virus survivre être viable pendant longtemps sur différentes surfaces tout en conservant son potentiel de contamination. Si vous en avez les moyens, évitez les règlements en espèces et privilégiez les règlements par carte bleue. Si vous ne pouvez pas éviter de toucher les billets de banque en circulation, mettez des gants ou lavez-vous les mains après la transaction.


JE N`AI PAS BEAUCOUP DE PAIRES DE GANTS DE PROTECTION. COMMENT DOIS-JE FAIRE POUR LES ÉCONOMISER ?

Dans les situations qui ne vous demandent pas de manipulations complexes, il vous suffit d`utiliser un mouchoir en papier pour vous protéger les mains (p. ex. lorsque vous touchez au poignet d`une porte) et de jeter le mouchoir après utilisation.

Les gants bon marché, vendus par paires dans des paquets, sont parfaits pour vous protéger contre les risques de contamination lorsque vous touchez des objets. Achetez-en quelques paquets ! Si vous voulez économiser vos gants, vous pouvez choisir de ne pas les jeter après une seule utilisation. Dans ce cas, mettez les gants usagés « en quarantaine » : placez-les dans un sachet plastique refermable et mettez-les de côté pendant un mois. Pendant ce temps, les virus présents sur les gants perdront leur virulence. Après un certain temps, vous pourrez sortir les gants de leur sachet. Lavez-les et séchez-les avant de les réutiliser. Cela veut dire que vous pouvez utiliser vos gants de protection par roulement mensuel. Si vous n`utilisez qu`une seule paire de gants par jour, vous aurez besoin de 30 paires par mois pendant toute la durée de la pandémie.


LE VIRUS PEUT-IL ÊTRE TRANSMIS PAR LES PIQÛRES DE MOUSTIQUE ?

Nous ne disposons pas de suffisamment d`informations nous permettant d`affirmer que les risques de transmission par piqûres de moustique sont inexistants.


EST-IL POSSIBLE D`ATTRAPER LE CORONAVIRUS À NOUVEAU SI ON L`A DÉJÀ CONTRACTÉ ?

Nous ne disposons pas encore de suffisamment d`informations pour pouvoir exclure une telle éventualité.


J`AI PEUR DU CORONAVIRUS ! QU`EST-CE QUE JE PEUX FAIRE POUR ME TRANQUILISER ?

Il est tout à fait normal que l`on éprouve de la peur dans le contexte actuel. L`épidémie de coronavirus est une situation de crise. La plupart des personnes qui traversent une période difficile deviennent nerveuses. Le réflexe de peur est une réaction importante qui vous pousse à agir pour éliminer le danger. Ce qui est également normal, c`est de passer par des épisodes d`irritation, de déprime ou d`anxiété pendant que vous vous habituez à votre nouvelle vie. Ce sont des phases par lesquelles tout le monde doit passer pour s`adapter à la nouvelle situation.

Une angoisse ou une peur persistantes peuvent s`avérer handicapantes : cela peut affecter votre capacité à agir, voire provoquer des maladies. Quand l`angoisse s`installe, les pensées noires envahissent tout, le virus vous préoccupe sans cesse. C`est une telle surcharge psychique que cela peut complètement détruire votre quotidien. Il faut apprendre à gérer et à maîtriser vos pensées négatives, c`est autant dans votre intérêt que dans celui de vos proches. Il ne faut pas réprimer ces sentiments, il faut les vivre, les exprimer pour les remettre à leur juste place et les contrebalancer par des émotions positives.

Ce n`est pas la fin du monde ! Il y a et il y aura encore des situations difficiles, voire critiques. Vous pouvez les gérer seulement si vous ne paniquez pas et si vous gardez toute votre présence d`esprit. Garder son équilibre psychique est tout aussi important que de respecter les consignes de sécurité et de prévention. Le stress permanent affaiblit et fragilise la force mentale de l`individu, qui devient plus sensible aux maladies. Le stress durable affaiblit le système immunitaire, c`est un fait avéré. Il faut mettre tout son sens de l`organisation, sa bonne humeur et son optimisme au service de la santé. Heureusement, il y a beaucoup de choses que vous pouvez faire pour vous sentir mieux. Avant tout, gardez en tête de ne pas vous laisser emporter par les événements. Gardez les choses sous contrôle. Vous pouvez faire beaucoup pour la prévention. Si vous le faites consciemment, vous éprouverez un sentiment de sécurité légitime.

Est-ce que vous télétravaillez actuellement ? Établissez des horaires réguliers et respectez ces horaires. Ne laissez pas le temps filer entre vos doigts. Essayez de collaborer avec vos collègues et vos amis pour établir des cadres clairs pour vos journées. Cela peut vous aider à ne pas vous sentir complètement perdu. Fixez un objectif pour chaque jour et chaque semaine. Si vous pouvez faire ce que vous avez envisagé, vous aurez le sentiment de maîtriser la situation.

Nous vous recommandons de ne pas regarder pas tout le temps les informations. Les médias font exprès de vous donner l`impression d`être menacé. Ne vous laissez pas impressionner par les titres qui cherchent à attiser le sentiment de terreur. Et parlez d`autre chose que du coronavirus. Suivez les actualités chaque jour, mais pensez aussi à autre chose. Lisez des livres, regardez de bons films, commencez à étudier quelque chose... Donnez du travail à votre cerveau en vous occupant de quelque chose qui vous construit. Faites la liste des choses que vous avez mises dans la catégories « Je ferai ça quand j`aurai plus de temps » ces dernières années. Maintenant que vous avez plus de temps, passez à l`action et profitez-en.

Consommez moins de caféine parce que la caféine vous rend plus tendu. Et, d`aucune façon, ne buvez pas d`alcool ou ne prenez pas de stupéfiant pour vous détendre. Faites plutôt du sport. Il est possible de pratiquer une activité sportive à domicile de trente à soixante minutes tous les jours. Croyez-nous : vous vous sentirez mieux !

Si vous faites plusieurs séances de relaxation ou de méditation par jour, cela peut également beaucoup vous aider. Vous pouvez trouver une multitude d`enregistrements d`aide à la relaxation sur Internet. Si vous avez la possibilité de vous détendre plusieurs fois par jour, vous serez beaucoup moins angoissé et votre organisme pourra se régénérer.

Ce qui peut aussi vous donner de la force, c`est que la plupart des gens sont actuellement plus ouverts, plus aimables et plus attentifs aux autres que d`habitude. Gardez le contact avec vos proches et vos amis et réjouissez-vous de pouvoir consacrer plus de temps les uns aux autres. De bonnes relations et de bonnes discussions vous permettent d`oublier vos soucis. Rassurez et soutenez-vous mutuellement, cherchez des moments de partage (on peut dîner ensemble sur Skype) et riez beaucoup ! Si vous avez des relations tendues avec l`un de vos proches, il est grand temps de remettre les pendules à l`heure.

Analysez-vous et exprimez tous les jours ce qui vous a causé une difficulté d`ordre émotionnel durant la journée (p. ex. un conflit, une mauvaise nouvelle, un échec). Éliminez le plus rapidement possible les sources de ce blocage et apaisez vos tensions intérieures. Comparez votre état psychique à un canot de sauvetage qu`il faut tout de suite réparer à la moindre avarie.

Pensez chaque jour aux plus beaux moments de la journée. Revivez ces moments dans votre tête, avec le plus de détails possible, et laissez-vous envahir par les sensations positives. Dans la pratique, cela permet à votre cerveau de prêter également attention aux choses positives et de ne réagir qu`aux signaux d`urgence.

Efforcez-vous de sortir gagnant de cette situation temporaire. Étudiez, faites du sport, prenez soin de vos relations avec autrui et concentrez-vous sur l`essentiel. Si vous suivez ces conseils, cette période revêtira davantage de valeur et contribuera à ce que votre vie soit meilleure sur le plus long terme.


MAINTENANT QUE BEAUCOUP DE GENS ONT CHOISI DE SE CONFINER VOLONTAIREMENT, LA MAJORITÉ DES GENS GARDENT CONTACT AVEC LE RESTE DU MONDE VIA INTERNET. QUE PEUT-ON FAIRE EN TANT QU`UTILISATEUR POUR ÉVITER DE SURCHARGER LE RÉSEAU ?

La réponse est simple : réduisez votre flux d`information ou connectez-vous en dehors des heures de pointe. Voici quelques idées :

  • N`envoyez pas de fichier-joint volumineux par e-mail. Mettez en ligne les contenus dans le "Cloud" pour n`avoir que le lien à envoyer.
  • Limitez les téléchargements et les mises en ligne des fichiers volumineux à des heures matinales ou nocturnes, quand il y a moins d`internautes connectés.
  • Compressez les fichiers volumineux avant de les envoyer.
  • Pendant la journée, pensez à ceux qui ont besoin de se connecter au réseau internet pour leur travail ou pour leurs études. L`utilisation des contenus de divertissement (p. ex. les jeux en ligne et les vidéos) doivent être utilisés en dehors des heures de pointe (périodes qui correspondent aux horaires de travail ou scolaires habituels).
  • Si vous devez absolument visionner une vidéo, par exemple pour suivre un enseignement à distance, sélectionnez une version de plus faible définition.
  • Si vous avez une vidéoconférence et il n`est pas nécessaire de voir vos interlocuteurs, coupez l`image pour n`utiliser que le son.

QUELS ENSEIGNEMENTS POUVONS-NOUS TIRER DE LA PANDÉMIE ACTUELLE ?

La pandémie du coronavirus est un cas d`école pour les multiples crises auxquelles nous serons probablement confrontés à l`avenir. Une population mondiale de plusieurs milliards d`habitants, des déplacements à l`échelle planétaire et des déséquilibres dus aux dérèglements climatiques sont autant de facteurs qui favorisent l`apparition et la propagation fulgurante des virus, des bactéries et d`agents pathogènes toujours plus nombreux, encore inconnus à ce jour, et contre lesquels l`homme n`a aucune défense immunitaire. L`humanité tout entière doit apprendre à gérer des situations susceptibles d`être provoquées par de nouvelles maladies infectieuses. La prévention, les mesures d`hygiène, le confinement à l`échelle locale, le confinement volontaire des personnes tombant malades voire en bonne santé, et, bien-sûr, la prévoyance. Ce sont des mesures qui apportent de bien meilleurs résultats que les hospitalisations massives de personnes nécessitées après-coup, pour tenter de les guérir.

Les remèdes les plus efficaces contre les virus sont les vidéos explicatives, les chiffres et les conseils diffusés en nombre et à toute vitesse sur les réseaux sociaux, bref des faits précis et compréhensibles par tous concernant la prévention. Il est de notre responsabilité de les diffuser auprès du plus grand nombre.


QUE FAIT LAVYLITES POUR PROTÉGER SES COLLABORATEURS ?

Lavylites emploie plus de cinquante personnes dans ses bureaux et sur ses sites d`exploitation. La protection du personnel contre les risques potentiels est un impératif. Lavylites fonctionne comme une grande famille où chacun veille à la santé des autres. Nos collaborateurs étaient sans cesse informés sur l`épidémie même avant l`apparition du virus en Hongrie. Nous leur avons proposé des mesures et des précautions à prendre pour se préparer à une éventuelle situation d`urgence, y compris dans la vie privée. Les protocoles sanitaires du travail ont été modifiés sans délai. L`entreprise a notamment acheté des équipements de protection que nous avons distribués à nos collaborateurs afin de protéger leur santé sur leur lieu de travail, bien sûr, mais également pour leur permettre de se protéger au quotidien contre les risques sanitaires auxquels ils sont tout autant exposés que leurs proches.

Nous sommes passés au télétravail dans la plupart des postes. Personne n`a été envoyé en mission à l`étranger, y compris durant les semaines précédant l`éclatement de l`épidémie. Un protocole de désinfection et de prévention infectieuse aussi strict que celui des hôpitaux a été imposé au Centre de Logistique Européen.

Lorsque l`un de nos collaborateurs confiné ou malade n`est pas à même de travailler, l`entreprise reste à ses côté et lui offre une protection sociale qui va bien au-delà de celle prévue par la législation en cas de maladie ou de confinement.


POURSUIVEZ-VOUS DES RECHERCHES CHEZ LAVYLITES AU SUJET DU CORONAVIRUS ?

Oui, nous avons lancé des recherches dans notre institut de recherches micro-biologiques et physiologiques, en appliquant une approche quelque peu particulière. Nous espérons obtenir des résultats d`ici peu. Le fonds d`aide sociale financé par Tibor Jakabovics travaille sur la gestion logistique des stocks en donnant la priorité aux stocks d`équipements de nécessité vitale en cas de crise aigüe.